Particularités
 
Un chef d'oeuvre : la toiture

Si vous nous rendez visite, ne vous contentez pas de regarder couler l'eau ou tourner la meule. Levez les yeux, la charpente a été refaite à l'ancienne, admirez le travail ! Ces charpentes devaient être puissantes pour supporter le poids des lauzes ; elles devaient aussi prendre le moins de place possible car nos granges servaient à emmagaziner assez de foin et de paille pour permettre aux bêtes de subsister pendant la longue saison d'hiver. Toutes ces contraintes aboutissent à une série de "fermes" (les "tenaïs") qui donnent à la charpente, surtout quand le bâtiment est long, un aspect de bateau renversé ou de cathédrale, disent certains.

Ne manquez pas d'observer aussi comment les lauzes se recouvrent et se chevauchent de façon à empêcher la pluie ou la neige de pénétrer à l'intérieur. Ce bâtiment est un témoin de l'ingéniosité de nos ancêtres qui ne disposaient ni des techniques, ni des transports, ni même des moyens financiers d'aujourd'hui, mais qui construisaient tout de même de façon harmonieuse et fonctionnelle.

Image






"Le roudë"

Les moulins de Blanlhac étaient actionnés par roue horizontale, appelée localement roudë (prononcer roudeu).

Le roudë est constitué de cuillères ; il est actionné par un puissant jet d'eau provenant de l'écluse surplombant le moulin, et il entraîne directement la meule située sur le même axe vertical.

Image